· 

Quel est l’impact de la loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel sur les formateurs indépendants?


l’impact de la loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel sur les formateurs indépendants

 

En France, ¼ des 63 000 organismes de formation sont des formateurs indépendants.

 

Ces formateurs de toute la France représentent une richesse pour développer les compétences sur chaque territoire.

 

Pourtant, les indépendants ont bien du mal à prospérer face aux 5 % de grands organismes de formation qui se partagent 70% des quelques 8 milliards d’euros de CA sur le marché de la formation.

 

En effet, les contraintes pour exercer le métier de formateur sont nombreuses (voir nos articles sur les droits et devoirs des formateurs 1/2 et 2/2).

 

De plus, la réforme de 2014, avec l’avènement du CPF et la création du DATADOCK, a modifié le marché de la formation. Les résultats se sont fait sentir pour les petites structures et les indépendants :

 

- Des prix tirés vers le bas

 

- Une mise en conformité DATA-DOCK longue et parfois coûteuse.

 

Or, voilà que la loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel vient ajouter des contraintes en termes de certification…

 

Quel en est l’impact pour les formateurs ? On vous dit tout…

 


Moins de financement = plus besoin de certification ?


 

Avec la réforme, les grandes entreprises voient une nouvelle fois leurs financements baisser. Leurs choix en matière de prestataires ne seront plus contraints par les critères qualité en vigueur chez les financeurs.

 

Les organismes de formation non certifiés pourront donc intervenir sur ce marché.

 

Toutefois, si vous pourrez répondre à des besoins ponctuels, les grandes entreprises risquent de limiter les risques pour les appels d’offres et de réclamer des organismes certifiés.

 

De plus, vous ne pourrez pas positionner vos formations dans les PME qui, elles, continueront à percevoir des financements

 


Ou Une certification obligatoire ?


 

Dès le 1er janvier 2021, les prestataires qui veulent continuer à faire bénéficier à leurs clients de fonds publics devront être certifiés par un organisme certificateur accrédité par le COFRAC.

 

Exit donc, le DATADOCK, même si on peut espérer que les critères utilisés pour sa mise en œuvre seront repris dans le référentiel de certification.

 

Si la plupart des organismes de formation ont déjà obtenu une certification et n’auront aucun mal à se mettre en conformité, cela va forcément entraîner un surcoût pour les petites structures qui souhaiteront obtenir le sésame….

 

 


Alors, que faire ?


anticiper la fin du datadock et la nouvelle certification qualité

 

Il vous reste plus de 2 ans pour savoir quelle stratégie adopter.

 

En attendant, une chose est sûre, il va falloir anticiper :

 

- Les organismes de formation qui ont obtenu leur Data-dock devront sûrement fournir un effort supplémentaire. A vous de maintenir votre niveau d’exigence administrative et pédagogique et de vous tenir informé des évolutions du référentiel.

 

- Pour ceux qui n’ont pas encore franchi le cap du data-dock, il est peut-être temps de s’y mettre ! Cela vous permettra de poser les bases d’une gestion qualitative de vos dossiers formation, en attendant la certification !

 

 

 


Audrey Méheri, Co-fondatrice et Présidente AE Pro

 

Si vous voulez en savoir plus sur la formation professionnelle continue et ses évolutions, suivez nous sur Linkedin, Facebook ou Twitter !


Vous voulez en savoir plus sur nos prestations ? Contactez-nous !


Articles similaires

Créer un Centre de Formation d'Apprentis (CFA) : Une nouvelle opportunité pour les entreprises
>> Lire la suite

Les derniers décrets sur l’Apprentissage – Episode 2 : le maître d’apprentissage
>> Lire la suite

Qui sont les nouveaux OPCO ?
>> Lire la suite

D'autres articles ? C'est par ici !

Écrire commentaire

Commentaires: 0